La parole à celles et ceux qui ont fait le club pendant toutes ces années !

Nathalie LE BUANIC, 40 ans, professeure d’EPS installée à Aussonne dans la banlieue toulousaine, a évolué au RMH pendant trois ans au tout début de la création du club. Elle a également entraîné des équipes jeunes à Acigné, sa ville d’origine.

Bonjour Nathalie, comment es-tu arrivée au RMH ?
J’ai joué au RMH au tout début. C’était la continuité de mon club d’origine. Je jouais au CPB quand nous avons fait une entente avec l’ASPTT. Cela a duré 3 ans et ensuite nous devions soit créer un nouveau club issu de cette entente soit revenir à la situation initiale (si mes souvenirs sont bons !) Le RMH a été créé. J’y ai joué pendant 2 ou 3 ans seulement. J’ai entraîné dans un club partenaire (Acigné, ma ville d’origine).

Quel est ton meilleur souvenir au RMH ?
Mon meilleur souvenir collectif : notre montée en nationale 3 après une belle année.
Personnellement, un match à Géniaux (je ne sais plus contre quelle équipe) l’année où l’on perdait tout mais ce jour-là, c’était comme si j’étais en trans… J’ai marqué une douzaine de buts et j’étais à fond dans tous les compartiments du jeu (malheureusement cela ne m’est arrivé qu’une fois :-! )

Quel est ton pire souvenir au RMH ?
Mon pire souvenir au RMH c’est notre année de N2 où nous enchaînions les défaites et les matchs nuls. C’est même la pire année de ma vie de handballeuse. On va dire que c’était un mal pour un bien, nous avons bien rebondit l’année suivante.

Qu’est-ce que tu penses avoir apporté au RMH ?
Je pense avoir apporté peu au club par rapport à tout ce qu’il m’a apporté. J’ai juste essayé de faire de mon mieux sur le terrain et de m’investir dans la vie du club et les évènements organisés.

Qu’est-ce que le RMH t’a apporté ?
Le RMH m’a apporté énormément : des amis d’abord (coucou les amis !!), la rigueur à l’entraînement, savoir écouter les joueuses d’expérience pour apprendre et la volonté de ne rien lâcher. Tout cela me sert aujourd’hui dans ma vie. Dans certaines situations difficiles, je fais souvent un parallèle avec des situations vécues au hand et ça me rebooste.

Quelle est la personne qui t’a le plus marquée au RMH ? Pourquoi ?
M. Christophe Caillabet : le premier entraîneur à m’avoir apporté la rigueur, la technique et un sens du jeu. Je crois que cela n’a pas été toujours simple pour lui avec moi mais je ne le remercierai jamais assez de ce qu’il m’a apporté (MERCI CHRISTOPHE !!).
Bien sûr, il y a aussi Gisèle, René, Mumu et Vincent qui ont été super investis et que je n’oublierai jamais.

Une anecdote ?
J’adorais les séances de piste l’hiver sous la neige. Cette même année, nous nous entraînions 4 fois par semaine et nous perdions tout ou presque. C’était merveilleux !!
Je me rappelle aussi dire au revoir à Nanou le vendredi soir après l’entraînement alors qu’elle sortait sa salade composée et que démarrait pour elle la deuxième partie d’entraînement : le débrief avec Christophe !!

Si le RMH était un animal, ce serait ….
Si le RMH était un animal, ce serait un RATEL ou ZORILLE DU CAP : il est réputé pour son comportement féroce et particulièrement tenace ainsi que pour son endurance. Bon ok, c’est pas très joli ☹

Si le RMH était une devise, ce serait ….
On donne tout, on ne lâche rien !

Que peut-on souhaiter pour le RMH dans les années à venir ?
J’espère un jour que le RMH atteindra le plus haut niveau français. Les voir à la télé au niveau européen… ce serait sympa !

Merci Nathalie !

Photos : René Le Bihan