La parole à celles et ceux qui ont fait le club pendant toutes ces années !

Élise DELORME a 24 ans et est aujourd’hui handballeuse professionnelle à la JDA Dijon. Des débuts au CPB avant de rejoindre le RMH, Élise a participé à la montée du club jusqu’au niveau D2.

Bonjour Élise, comment es-tu arrivée au RMH ?
J’ai commencé le hand au CPB avant de rejoindre la filière féminine plus développée au RMH.  Mon parcours au RMH a duré plusieurs années passant par les -15, -17, prénat, N3 puis N1. Ma dernière année au RMH c’était l’année de la montée en D2, ma deuxième année avec l’équipe une du club. 

Quel est ton meilleur souvenir au RMH ?
Mon meilleur souvenir sûrement la montée mais aussi l’année de -17 où nous avions une équipe mais surtout un groupe d’amies avec lesquelles je suis toujours amie aujourd’hui.

Quel est ton pire souvenir au RMH ?
Je dirais que les défaites en générales sont de mauvais souvenirs mais les bons moments prennent le dessus.

Qu’est-ce que tu penses avoir apporté au RMH ?
Je ne sais pas ce que j’ai réellement apporté mais je suis contente d’avoir mis ma pierre à l’édifice pour les différentes montées avec l’équipe réserve et l’équipe une.

Qu’est-ce que le RMH t’a apporté ?
De l’expérience puisque j’ai grimpé réellement tous les échelons jusqu’à la N1 avec le RMH avant de partir.

Quelle est la personne qui t’a le plus marquée au RMH ? Pourquoi ?
Difficile de ne citer qu’une personne, je dirais une grande partie de l’équipe 1, à l’époque j’aurais dit « les anciennes » et un petit clin d’œil à Jean-Paul toujours plein de bienveillance et de bons conseils.

Une anecdote ?
Il y en a tellement…

Si le RMH était un animal, ce serait ….
Je dirais le loup, c’est un animal qui vit en meute, dans laquelle il y a de l’entraide.

Si le RMH était une devise, ce serait ….
Je dirait, « les amis c’est la famille que l’on choisit », en référence à mes amitiés créées dans ce club.

Que peut-on souhaiter pour le RMH dans les années à venir ?
Je souhaite le meilleur au club, des victoires et que l’évolution de celui-ci continuera.

Merci Élise !

Photos : René Le Bihan et Philippe Riou